Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

2 Héros    (1974)
Fin 1973, Chang Cheh est en perte de vitesse. Il vient de subir un cuisant échec avec The Blood Brothers et n'a placé aucun film dans le top ten local depuis des mois. Comme à son habitude, il part se ressourcer à Taïwan et c'est de là-bas qu'il revient avec une idée géniale : offrir aux spectateurs un nouveau type de film, le "Shaolin kung-fu", qui puise ses racines dans la tradition de la boxe cantonaise, spécialité des chorégraphes Liu Chia Liang et Tang Chia. Chang Cheh réalisera alors ce que l'on appelle sa "tétralogie Shaolin", sur une année (1974), ouverte par Heroes Two, suivi de Men From The Monastery, Shaolin Martial Arts et Five Shaolin Masters. Liu Chia Liang restera chorégraphe des combats pour ces quatre films (il s'en ira ensuite vers la réalisation).

Envoyé dans le Sud par l’Empereur, le général Che Kang est chargé de mettre un terme à la rébellion des Ming soutenus par Shaolin. Les deux héros les plus craints sont Hong Hsi Kuan et Fong Sai Yuk. Tous les deux en ville, les soldats mandchous persuadent Fong de les mener à Hong pour l’aider à le capturer. Ce dernier se retrouve alors bien vite dans les geôles du général où il est soumis à la torture pour le faire révéler les noms de ses compagnons. Comprenant soudain son erreur et sa "traîtrise", Fong Sai Yuk n'aura de cesse de le délivrer.

Chen Kuan Tai personnifie la figure mythique de Hung Hsi-Kuan, maître de la boxe chinoise (plus précisément du "Tiger Claw"), tandis que le fougueux Fang Shih-Yu sera incarné par une jeune tête brûlée (comme son personnage !) de 19 ans, Alexander Fu Sheng. Cet acteur impeccable, élevé aux Etats-Unis et fils de millionnaire, sera d'ailleurs dans tous les épisodes de la tétralogie Shaolin.

Si Heroes Two ne brille pas par son scénario (même si le scénariste attitré de Chang Cheh, Ni Kuang, est aux commandes), il a à son crédit d'avoir introduit dans le cinéma d'arts martiaux hongkongais la mode des combats à poings nus. Plus de sabres ou de lances dans les mains des protagonistes principaux (seuls les sous-fifres en disposent encore, mais ils ne vivent pas longtemps...), mais de superbes figures de kung-fu qui seront exploitées durant plus de 15 ans.

On retrouve dans Heroes Two les thèmes et obsessions chers à Chang Cheh. Partie sur un mauvais pied, c'est une franche camaraderie "à la vie, à la mort" qui s'instaure entre les deux héros : on les voit d'ailleurs se sauter dans les bras torses nus et brillants de sueur... Pour certains, c'est une esthétique homosexuelle que le réalisateur reprend dans beaucoup de ses films. A chacun de juger ! Une obsession caractéristique de Chang Cheh que l'on retrouve aussi ici, c'est la torture et la mise à mort sanglante, voire gore, des personnages. Hung Hsi-Kuan passe ainsi près de trente minutes crucifié à un mur à l'aide de liens métalliques, saignant des pieds et des poings, à la merci de ses geôliers (on se sera auparavant acharné sur une blessure qu'il porte à la jambe...). Le réalisateur va même, lors de l'affrontement final, jusqu'à remplir l'écran de rouge chaque fois qu'un combattant est tué. On sent encore ici le pouvoir de fascination de la violence graphique.

Doté de nombreux et beaux combats, porté par un bon casting, Heroes Two fait partie des derniers bons films de Chang Cheh. Le chant du cygne n'est pas si loin...
David-Olivier Vidouze 3/1/2003 - haut

Index de la page
 3/1/2003 David-Olivi...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com