Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Chen, le caïd des sampans    (1973)
La haine que Wang Yu exhibe, dans ses films des années 70, pour les Japonais est un élément bien connu de tous les fans de films de Kung Fu. De One Armed Boxer à Beach Of The War Gods, la star a fait de cette xénophobie son fonds de commerce. Une orientation on ne peut plus ironique étant donné que l’acteur s’inspirait largement du cinéma Nippon pour ses propres œuvres et pratiquait le Karaté comme art martial… Même s’il n’est pas réalisé par ses soins, Knight Errant est également marqué par ce racisme anti Japonais. La seule différence tient à son contexte contemporain à la place des habituels costumes d’époques. Ce petit changement temporel n’améliore cependant en rien la qualité du produit fini.

Le titre Chinois de Knight Errant, « La véritable nature d’un héros », traduit bien mieux l’intention originale du film, à savoir, montrer que l’héroïsme peut être en chacun de nous. C’est le personnage de Wang Yu, un petit chauffeur de taxi Taiwanais, qui est censé nous le démontrer. Malheureusement, la description qui nous en est faite est incroyablement superficielle. Ce brave homme n’a, en effet, pour seule occupation que de se battre avec les malfaiteurs ou autres malpolis qui croisent sa route. Ceci, alors que son attitude coûte de l’argent à sa famille et retarde l’opération chirurgicale nécessaire pour sa sœur aveugle (petite touche mélodramatique bien dans l’esprit du cinéma populaire Taiwanais de l’époque). Une attitude qui ne semble pourtant jamais condamnée fermement par le film, Wang Yu conservant toujours l’estime de ses proches (voir l’emblématique séquence de fin). Si c’est là la vision d’un héros pour Wang Yu, on est en droit de lui préférer celle, autrement plus intéressante, de John Woo.

Le « héros » de Knight Errant se trouve confronté à 3 frères Nippons, élevés uniquement avec l’idée de venger leurs parents en tête. Motivation ultra basique, entraînement ridicule : c’est à chacune de leurs entrées en scène que le film dévoile sa véritable nature d’œuvre sans imagination et flirtant avec le bis. Shan Mao et Lung Fei ne sont qu’une des multiples incarnations de ces Japonais cruels déjà vus dans de multiples longs métrages en provenance de HK ou Taiwan. Plus grave, ils sont également des artistes martiaux médiocres ce qui, cumulé à la flagrante absence de maîtrise martiale de Wang Yu, aboutit à des combats maladroitement chorégraphiés et exécutés. Seul un montage suffisamment nerveux et un travail sur l’environnement (affrontement sur des rondins, dans une usine…) permettent de rendre ces séquences un minimum regardables. Le meilleur étant atteint avec la venue de la mère adoptive aux exploits digne d’un Terminator (elle encaisse tous les coups sans broncher et se fait même écraser par une voiture sans que cela la fasse sourciller). Ridicule mais cela a au moins le mérite d’être drôle. Dommage que personne dans l’équipe du film ne s’en soit rendu compte... Seul Yasuaki Kurata apporte un peu de crédibilité et de classe à cet empilement de clichés frisant l’absurde. L’acteur Japonais est clairement le meilleur artiste martial du lot, ce qu’il prouve par quelques techniques bien senties. Son charisme naturel fait le reste à défaut de pouvoir rendre le personnage plus profond

Clairement, il n’y a pas grand-chose à tirer de ce Knight Errant. On remarquera également la faible compétence des équipes techniques Taiwanaises à travers la photographie juste moyenne et surtout un montage frisant l’amateurisme (une séquence de poursuite automobile qui s’arrête sans explications). Au vu d’un tel film, on ne s’étonnera pas que la carrière de Wang Yu ait connu une inexorable chute après son exil dans la petite République Chinoise. C’est même à se demander comment il a pu conserver son statut de star aussi longtemps…
Arnaud Lanuque 10/27/2005 - haut

Index de la page
 10/27/2005 Arnaud La...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com