Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

He Lives By Night    (1982)
Produit en 1982 par la Cinema City, on aurait pu s'attendre à une énième comédie lourdingue supervisée par le duo Karl Maka / Dean Shek. Heureusement, He lives by night sait apporter un peu de sang neuf et mérite qu'on s'y attarde. Non pas que le film soit inoubliable, il ne s'agit que d'un honnête divertissement "typique début année 80", mais parce qu'il possède des germes de film labélisé Cat3, genre qui verra le jour une décennie plus tard.

Le scénario et ses personnages tout d'abord, un pervers psychopathe rode à HongKong et s'attaque uniquement aux femmes en collants blancs. On peut rencontrer un pitch équivalent dans Red To Kill (94) ou bien The Peeping Tom (97). On retrouve le fameux rôle du « meurtrier torturé » (avec l’obligatoire flash-back traumatique de rigueur ) confronté a une bande de policiers pathétiques, idiots et dragueurs. Une fine équipe formée (déjà !) par Kent Cheng et Simon Yam.

Le film se déroule principalement de nuit (la photographie est plutôt bonne) et oscille entre cabotinages éhontés (caméo d’Eric Tsang grimé en KISS !) et meurtres secs et brutaux à la mode giallo. On retrouve là une des caractéristiques majeures du CatIII avec ses brusques changements de tons si caractéristiques. Par exemple lors de la séquence d’introduction, une femme se fait égorger au fond d’une impasse, dans la seconde qui suit (et par un « subtil » travelling vertical), on assiste à une scène de comédie dans une cuisine autour de l’égorgement….d’un poulet. Même type d’humour lors de la scène finale où les policiers se mettent en caleçons afin d’éviter que le psychopathe, déguisé en flic, ne se mêle à eux !

Les scènes de meurtres, principal intérêt du film, sont convaincantes et bien réparties sur la durée. Au programme : coup de poignards, gerbes de sang, psychopathe à lunettes, filtre rouge et bleu… Bien que finalement peu présentes, la comédie tient en effet le rôle principal, ces scènes suffisent à donner à ce film schizophrène un cachet étrange et décalé.

On notera enfin la guest star du film, le distributeur de boisson « Seven up » qui sait se faire remarquer !
Martin Vieillot 7/28/2004 - haut

He Lives By Night    (1982)
He Lives By Night pourrait être le croisement entre un film de Dario Argento (je pense particulièrement à Tenebrae, 1982 - on y retrouve le même couple de lesbiennes) et un film de Brian de Palma (époque Dressed To Kill, 1980), le côté "ridicule" propre à quasiment tous les films hongkongais en plus (c’est d’ailleurs parfois difficile à avaler !).
Heureusement que Sylvia Chang est comme toujours magnifique, et très à l’aise dans cette histoire de tueur en série.
A noter que ce film a reçu deux Hong Kong Awards en son temps, ceux du meilleur montage et de la meilleure photographie.
Au final, He Lives By Night est un petit film noir assez violent mais pas franchement indispensable. Une façon honnête de "tuer" une heure et demie !
David-Olivier Vidouze 5/2/2000 - haut

Index de la page
 7/28/2004 Martin Vie...
 5/2/2000 David-Olivi...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com