Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Fatal Termination    (1990)
Ray Lui et Moon Lee sont dans une voiture… qui a des chances de survivre ? Seulement ceux qui sont de leur côté. Typique des actionners de l’époque, Fatal Termination réussit tout de même à surprendre.

Sans bénéficier de moyens imposants, le film se montre bien plus convaincant que le taré Devil Hunters, dans lequel toutes les scènes hors action sont ridicules. Porté par un scénario simple, l’intrigue se construit surtout autour de personnages bien plus écrits qu’à l’accoutumée. Il faut dire que les acteurs se sont beaucoup investis, tant sur le plan dramatique que physique, pour un résultat payant.

Le couple interprété par Ray Lui et Moon Lee est attachant, ce qui permet de se sentir impliqué dans l’histoire. En effet, la force de Fatal Termination, c'est de faire monter la tension. Contrairement à la plupart de ses camarades adeptes de Girls With Guns, Moon Lee possédait de réels talents d’actrice, qu’on lui donnait rarement l’occasion de démontrer, et qui explosent ici dans un rôle intense.

Tout le film est un crescendo qui conduit irrémédiablement à la tragédie, et qui se conclut par un final d'anthologie. Le reste du casting se montre également à la hauteur. Si on voit finalement peu Simon Yam (son personnage disparaissant du récit sans explication pendant un long moment), Michael Miu Kiu Wai assure bien sa part, et surtout, le film se pare d'un méchant d'exception en la personne de Robin Shou. Honteusement sous-exploité sur le plan physique, il campe un bad guy plus vrai et fourbe que nature. On regrettera d’ailleurs que l’acteur n’ait pas eu davantage d’occasions de s’illustrer à Hong Kong. Malgré sa participation à quelques films comme Tiger Cage 2 ou encore Forbidden Arsenal, dans lesquels il démontre ses capacités physiques, il n’aura jamais su se créer une carrière digne de ce nom.

Réalisé avec sobriété autant qu'avec efficacité, "Fatal termination" est donc un film bien construit et prenant, dans lequel les scènes intimistes sont réussies et importantes, ce qui est rare dans ce genre de production. Le fait qu'on se sente concerné par la dramaturgie donne beaucoup plus d'impact aux scènes d'action.

Néanmoins, et contrairement aux autres films du genre, il n'y a que peu de combats à mains nues, le gros de l'action étant constitué de fusillades. On a tout de même le droit à un duel entre Philip Ko et Moon Lee, dramatiquement court, mais dans un style combat de rue des plus efficaces.

Les fusillades sont réussies, pas inoubliables, mais assez spectaculaires dans un style des plus bourrins. Le final est à ce titre un grand moment de n'importe quoi, long, jouissif et totalement barré. Elles se révèlent à l’image du film, rageuses, pleines de bruit et de fureur. L’action est totalement folle, comme en témoigne cette scène devenue culte : une petite fille tenue par les cheveux au dessus de la route, à travers la vitre d’une voiture roulant à toute allure. Aussi inconscient qu’inconcevable ailleurs qu’à Hong Kong.

C’est cette folie inconsciente, cette envie d’en donner toujours plus, mêlées à une dramaturgie prenante, qui font de Fatal Termination autre chose qu’un Girls with Guns de plus. D’autant qu’il n’y a qu’une girl et plusieurs boys.
Léonard Aigoin 3/27/2010 - haut

Fatal Termination    (1990)
Au sein de la production pléthorique des années 80, il y a énormément de films qui, n’ayant pas su s’imposer au box office, sont peu à peu tombés dans l’oubli. L’industrie du cinéma local s’intéressant avant tout au profit direct, ces œuvres peu rentables n’ont eu droit (dans le meilleur des cas) qu’à des sorties discrètes en VCD ou VHS. On ne peut d’ailleurs pas donner complètement tort au système Hong Kongais en la matière, beaucoup de ces films étant effectivement d’une qualité médiocre. Mais il y a également des petites perles qui se cachent au milieu de cette production oubliée. Fatal Termination en est une.

Sur bien des points, Fatal Termination est typique des polars Hong Kongais de la fin des années 80. Il représente même une quasi synthèse des divers sous-genres qui agitaient la grande famille des films de flics et de gangsters alors tant à la mode. On retrouve ainsi une pincée de Girls With Guns (personnifiée par la seule présence de Moon Lee et essentiellement dans la seconde partie du film), de Kung Fu polar (Simon Yam qui décoche des coups de pieds, Robin Shou qui fait une petite démonstration de ses capacités martiales) et surtout une bonne louche de noirceur à la Big Heat. Le fait de retrouver aux commandes du film le réalisateur Andrew Kam en est d’autant plus surprenant ! Lui qui s’était fait écarter de The Big Heat et dont le film avait été retourné et remonté dans un sens plus violent et pessimiste, voila qu’il met en scène avec Fatal Termination une œuvre tout aussi agressive et désespérée. A croire qu’il a voulu prouver à Tsui Hark qu'il pouvait faire aussi extrême que lui ! Seul l’Heroic Bloodshed avec son romantisme exacerbé est ici absent.
Le casting est dans son ensemble lui aussi représentatif d’une certaine tendance du polar HK de la fin des années 80/début 90 : la tendance petit budget. Simon Yam, stakhanoviste du polar durant la période, n’était pas très regardant sur la qualité des scénarios qu’on lui proposait et passait d’un tournage à un autre à la vitesse de la lumière. Fatal Termination en était un parmi bien d’autres. Ray Lui était également dans une posture similaire, juste un peu moins spécialisé que son ancien camarade de la TVB. Moon, malgré son talent, était elle bloquée dans le girls with guns et enchaînait les films d’intérêt variable (moyen poli de dire qu’il y en avait de sacrément médiocres dans le lot !). Mais le plus emblématique du genre, c’est bien sûr l’irremplaçable Philip Ko ! L’artiste martial avait bien su se reconvertir du old school et avait trouvé sa voie dans le polar d’action à faible coût, s’investissant largement derrière les caméras. En plus de jouer le méchant, il est un des producteurs de Fatal Termination, apposant davantage sa marque sur le film. Or l’amateur averti sait bien que qui dit Ko aux commandes d’un film, dit daube en perspective… Heureusement, en cette année 90, au sein d’une industrie foisonnante et hyper créative, petit budget ne rime pas forcément avec médiocrité. Un indéniable savoir faire régnait et permettait même aux films les moins aboutis d’avoir quelques bonnes choses pour se vendre. De nos jours, une équipe technique et un casting aussi professionnel que celui du film ferait d’ailleurs bien envie aux productions fauchées toujours réalisées à HK.

Pour un film du registre « polar fauché » (comme défini plus haut), Fatal Termination présente un scénario un peu plus abouti que d’habitude. Il y a bien quelques maladresses inhérentes aux polars HK (ah, ces gweilos avec du fond de teint et un turban pour jouer les terroristes moyen orientaux !) mais on sent une réelle volonté de construire une histoire solide. Cette volonté s’exprime moins à travers les enjeux du film, démantèlement d’un trafic d’armes et de la petite organisation criminelle mis en place par un flic pourri, qui se démarquent assez peu des autres productions du même genre qu’à travers l’accent mis sur les personnages.
Toute la première partie du film sert à tisser les liens entre les différents protagonistess et à éclairer, par des petites touches légères, leurs personnalités respectives. C’est surtout le couple Ray Lui/Moon Lee qui en bénéficie le plus. Leurs rapports sonnent vrais et touchants (voir la scène où Moon cherche à faire parler son mari après la mort de son frère ou leur échange de regards avant que la séquence d’action finale ne commence). Moon est tout particulièrement impressionnante dans sa métamorphose d’une épouse aimante et attentionnée à une mère désespérée et obsédée par la vengeance. Sa performance confère une belle intensité dramatique au film. Intéressant également est le personnage de Collin Cheung, sorte de pendant jeune du Ng Man Tat de Tiger Cage. Ecartelé entre la peur de voir ses actions criminelles dénoncées et l’horreur que lui inspirent les méthodes de ses anciens compagnons de crime, le jeune homme ne sait plus vers quel coté se tourner. Ses hésitations amènent également leurs lots de séquences dramatiques plutôt prenantes (voir au moment de l’enterrement du frère de Moon). On peut enfin noter l’efficace caractérisation des méchants. Si les personnages de Robin Shou et de Philip Ko sont bien manichéens, les acteurs leur donnent une belle allure (Shou est excellent en pourri roublard) et leurs rapports sont rendus plus intéressants par l’évidente rivalité qu’ils entretiennent (très bonne scène du sauna où Ko manque de tuer Shou).
Tout n’est pas parfait non plus à ce niveau et, si Andrew Kam fait du bon boulot sur la majorité des personnages (sans non plus aller dans des montagnes de psychologie), il peine énormément avec celui de Simon Yam, à la fois peu crédible et mal intégré à l’ensemble du film (personnage principal en début de métrage, il disparaît progressivement du film jusqu’à réapparaître abruptement pour le final). Ce développement un peu maladroit est d’ailleurs la source des quelques petites baisses de rythmes que connaît parfois la première partie du métrage.

Mais le traitement d’Andrew Kam prouve toute sa valeur dans la seconde partie du film. Jusqu’alors, il s’était concentré sur ses personnages et avait livré assez peu de scènes d’actions, prenant le risque de frustrer les amateurs du genre, public premier d’un film comme Fatal Termination. Estimant, avec raison, avoir posé les bases nécessaires pour que le public s’intéresse à son histoire et à ses protagonistes, le réalisateur lache enfin la machine pour un déchaînement hallucinant de violence.
LA séquence emblématique, c’est bien sur cette fameuse scène dans laquelle Mike Abbot tient (par les cheveux !) la fille de Moon à l’extérieur d’une voiture lancée à pleine vitesse. Le type d’image qu’on ne voit que dans un film de HK et qui laisse bouche bée ! A partir de là, les séquences d’action s’enchaînent : Affrontement à mains nues (un Moon Lee/Philip Ko, ça ne se refuse pas !), chutes spectaculaires, courses poursuites voitures contre hélicoptères, gunfights explosifs… Le point commun entre tout ça, c’est l’extrême agressivité de l’action. Les impacts font très mal (pauvre Moon !) et les personnages passent leur temps à souffrir, les visages déformés par la haine ou la tristesse. La réalisation sèche de Kam, assisté de Paul Wong comme Chorégraphe, accentue encore cette impression de violence jusqu’au boutiste. Du bien beau boulot qui fait passer comme une lettre à la poste certaines séquences théoriquement trop longues (le final).

Sans être un chef d’œuvre, Fatal Termination est l’exemple même de la petite série B Hong Kongaise comme on les aime, avec des personnages crédibles, une ambiance bien sombre et de l’action agressive à souhait. Difficile de faire la fine bouche en face de ça.
Arnaud Lanuque 4/27/2005 - haut

Index de la page
 3/27/2010 Léonard Ai...
 4/27/2005 Arnaud Lan...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com