Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Shaolin Intruders    (1983)
Shaolin Intruders est le deuxième film de Tong Gaai. L’homme est l’un des plus grands chorégraphes hongkongais, longtemps le comparse de Liu Chia Liang avec lequel il a signé parmi les plus époustouflantes scènes d’arts martiaux de l’histoire du cinéma. Lorsqu’on jette un œil à sa carrière de metteur en scène, force est de constater que c’est un réel gâchis qu’il n’ait pas tourné plus de trois œuvres…

Shaolin Intruders s’ouvre sur le massacre d’un chef de clan et de son armée personnelle, perpétué par quatre combattants cagoulés. D’autres morts s’ensuivent, chacune concernant un membre haut placé du Jiang Hu. Les soupçons se portent bien vite sur une jeune guerrière (Lau Yuk Pok), fille d’une sorcière tuée avec ses démoniaques comparses par ces mêmes chefs de clan, une vingtaine d’années plus tôt. Deux fougueux épéistes (Derek Yee et Jason Pai Piao) avec lesquels elle s’est liée vont lui venir en aide et tenter de prouver son innocence. La jeune femme est bientôt témoin d’une attaque des combattants cagoulés, piste qui les mène tout droit au monastère Shaolin. Mais les moines ne comptent pas se laisser accuser aussi facilement et ils vont lancer trois défis aux amis : s’ils parviennent à sortir vainqueurs de ces épreuves, ils pourront mener à leur guise leur enquête au sein du lieu de culte.
La trame du récit est celle d’une œuvre de suspense, proche des films d’Alfred Hitchcock dans lesquels un héros injustement accusé doit fuir les forces de l’ordre pour tenter de prouver son innocence. Devant le déchaînement policier, sa seule chance de salut sera de découvrir lui-même le coupable. Pour l’aider, un amoureux du sexe opposé et un ami fidèle. Dans Shaolin Intruders, l’accusée, c’est Lau Yuk Pok, l’amoureux, Derek Yee, et l’ami, Jason Pai Piao.
Comme dans tout film de suspense qui se respecte, les péripéties sont multiples. Là où l’on pensait avoir découvert le méchant, un retournement de situation remet en question notre certitude et refait partir l’intrigue. Le scénariste nous livre également au compte gouttes des informations qui éclairent d’un jour nouveau les événements qui se déroulent sous nos yeux. Les gestes ambigus des protagonistes ne sont également pas forcément bien interprétés par le spectateur et créent de ce fait un sentiment de perplexité.
Autre point commun avec les œuvres du maître du suspense, l’existence d’un péché originel qui à des répercussions sur le présent. Les bons ont-ils la conscience tranquille ? Une de leurs actions passées n’entache-t-elle pas la pureté de leur âme chevaleresque ? Shaolin Intruders y répondra.

Le metteur en scène étant lui-même un extraordinaire chorégraphe, les scènes de combat sont de premier ordre. A une époque où les films de la Shaw Brothers commençaient à se tourner de plus en plus vers les comédies (et où la production globale du grand studio décroissait), Tong Gaai, avec Shaolin Intruders, redonnait espoir aux aficionados des arts martiaux « traditionnels ». Sentant le vent tourner et la kung-fu comédie s’imposer, il en profitait dans le même temps pour faire évoluer quelque peu le genre en y ajoutant humour, personnages fort en gueule (pas loin de l’insolence d’un Jackie Chan ou d’un Sammo Hung) et utilisation des câbles dans les chorégraphies. Maître dans l’art de faire passer de simples acteurs pour des athlètes de premier ordre, il parvient à donner une crédibilité martiale sans faille à Derek Yee, Jason Pai Piao et Lau Yuk Pok, cette dernière ayant vraiment peu d’expérience dans le domaine.
Les chorégraphies sont inventives et ludiques, particulièrement les épreuves concoctées par les moines Shaolin. Nos héros doivent en découdre avec un mur constitué de moines, se battre en haut d’une tour faite de bancs en bois, etc. Les câbles sont utilisés sans complexe aucun mais avec une réelle intelligence : les chorégraphies sont créées autour des effets qu’ils produisent. En aucun cas il s’agit de venir en aide à des acteurs déficients ! Combats à mains nues, à l’épée, à l’arc… tous les styles y passent et sont traités avec brio.

Lointain remake de son précédent Shaolin Prince, auquel il emprunte une certaine partie de son intrigue, Shaolin Intruders est un film mené de mains de maître par Tong Gaai. Action, humour, rebondissements, tous les ingrédients sont réunis pour créer une œuvre divertissante et de grande qualité.
David-Olivier Vidouze 11/3/2005 - haut

Index de la page
 11/3/2005 David-Oliv...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com