Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Une Nuit à Mongkok    (2004)
Même après la crise qui a secoué le cinéma de Hong Kong à la fin des années 90, les pratiques de l’industrie n’ont pas fondamentalement changé. Un succès au box office local amène nécessairement une flopé d’imitation dans son sillage. Seule la quantité a évolué à la baisse… La dernière grande réussite commerciale, ça a été la série des Infernal Affairs. Ce succès a remis au goût du jour le polar dans l’ex colonie Britannique et des Colour Of The Truth et autres Heroic Duo se sont mis à fleurir. One Nite In Mongkok est issue de cette lignée mais il ne s’agit pas d’un vulgaire produit d’exploitation. Son réalisateur, Derek Yee, a déjà prouvé son talent à maintes reprises et il signe ici une nouvelle œuvre de très grande qualité. Comme toujours chez lui, on assiste à un jeu d’équilibriste entre éléments commerciaux (il faut bien que le film se vende) et touches personnelles (Yee est un authentique auteur).

Le coté commercial est lié au genre abordé : Le polar avec ses codes bien (re)définis. La forme rappelle un peu Infernal Affairs par sa sophistication. Lumière travaillée, montage dynamique sont de rigueur, dans la mouvance des nouveaux standards imposés par les films d’Andrew Lau et Alan Mak. On ne s’en plaindra pas, le film ressort grandi de ce traitement. Yee se distingue cependant de la fameuse trilogie par une approche louchant davantage vers le documentaire. Les cadres tremblent, la caméra se laisse aller à des mouvements brusques... L’ensemble nous rapproche des personnages tout en conservant l’aspect cinématographique de l’oeuvre, un choix très révélateur du style de l’ancien acteur
Et évidemment, qui dit polar, dit scènes d’actions. One Nite In Mongkok semble vouloir plaire à tout le monde en la matière en proposant une large palette de styles. On a droit à des poursuites (motorisé et à pieds), des affrontements à mains nues et des fusillades soit stratégiques (à la Johnnie To), soit violentes. Ce qui caractérise ces différentes scènes d’actions, c’est la qualité de la mise en scène. C’est particulièrement notable lors de l’intervention des policiers dans l’hôtel de passe où Yee crée avec talent une forte tension, cadrant au plus près de l’action, nous faisant sentir l’importance de chaque geste et à quel point la moindre erreur peut aboutir à une catastrophe. Autre séquence emblématique, la poursuite dans les rues de Mongkok. Beaucoup de grands polars se sont caractérisés par la manière dont ils utilisaient la ville, en faisant un véritable acteur du film plus qu’un simple arrière fond. Yee est de cette trempe là et il exploite à merveille les possibilités offertes par le foisonnant district Hong Kongais. Dans la poursuite, on retrouve tout ce qui fait Mongkok, surtout ce style de vie enlevé basé sur la vitesse et une certaine agressivité à peine contenue.
Derek Yee a visiblement bien compris les codes du polar et les appliquent à la perfection. En cela, il se place dans la continuité de l’histoire cinématographique Hong Kongaise, sorte de prolongement du travail d’un Johnny Mak avec son Long Arm Of The Law.

Mais ce qui fait définitivement la force de One Nite In Mongkok, c’est son humanité, une constante de l’œuvre de Yee. S’appuyant sur un scénario soigné et une distribution talentueuse (de Daniel Wu à Alex Fong en passant par Cecilia Cheung, le casting se distingue par sa justesse), le réalisateur développe admirablement ses personnages. Tous ont leurs peurs, leurs espoirs… Tous sonnent juste. On est bien loin de caricatures peuplant le genre : Pas d’assassin invincible mais un jeune garçon perdu (physiquement et mentalement), pas de membre des triades glamour mais des brutes lâches, pas de supers flics à la Danny Lee mais des hommes faillibles confrontés à leurs démons (superbe plan final de la main tendue de Fong). Ces personnages réalistes et (pour la plupart) attachants font la grande force du film, même si Derek met un peu de temps, en début de métrage, à poser les bases nécessaires à leur développement. Léger impair au sein de ces réussites multiples qu’on oubliera rapidement au cours du récit.
Ce dernier comporte aussi de nombreuses petites réflexions sur la situation actuelle de Hong Kong, enrichissant encore davantage le film. Y sont soulignés les rapports toujours ambiguës entre les habitants de la Chine Continentale et ceux de la Zone Economique Spéciale, faits d’attraction et d’incompréhension (on pense à la conversation entre Daniel et sa grand-mère) ou l’intarissable soif d’argent de ses concitoyens, constante de HK, à la fois bénédiction et malédiction du petit territoire.

Polar humain et dramatique, intelligent et prenant, One Nite In Mongkok confirme le regain de vitalité de l’industrie cinématographie locale et l’importance de Derek Yee au sein de celle-ci.
Arnaud Lanuque 10/25/2004 - haut

Index de la page
 10/25/2004 Arnaud La...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com