Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Le Jeune Tigre    (1973)
Le Jeune Tigre est un autre de ces vieux films depuis longtemps oublié qu’un distributeur pas trop scrupuleux a tiré des oubliettes et présenté comme un film de Jackie Chan même si en fait celui-ci n’y apparaît au mieux que comme acteur de soutien. À l’origine un film d’action datant de 1973 intitulé Police Woman un jeune Jackie Chan (18 ans) alors en début de carrière jouait le rôle d’un jeune malfrat arborant sur son menton une verrue de la grosseur d’une prune. Il était également un des deux chorégraphes en chef du film au côté de Yuen Cheung Yan un des frères du célèbre Clan Yuen. Les vraies vedettes du film sont Charlie Chin Chiang Lin un jeune premier taïwanais (et plus tard un des Lucky Stars) et Yuen Qiu consœur de Jackie à l’académie d’opéra où il a été formé, qui entamait alors une carrière de cascadeuse et d’actrice martiale.

Police Woman (autant appelé le film par son titre anglais original) a été tourné par Zhu Mu un acteur ayant surtout œuvré pour la Shaw Brothers et à Taiwan et qui s’est lancé comme cinéaste au début des années 70. Il fonde même sa propre compagnie de production en 1972 et réalise d’abord Not Scare to Die un film de kung-fu anti-japonais dans lequel Jackie Chan et Yuen Qiu (appelée Lin Hsia à l’époque) tiennent déjà des rôles. Zhu Mu réalisera ensuite Police Woman qui montre une policière de choc venant en aide à un chauffeur de taxi traqué par des criminels. Autant que je sache, le film de Zhu Mu est le premier film à présenter une femme flic martiale précédant d’un an Angela Mao dans Stoner et d’une décennie les policières kung-fu incarnées par Michelle Yeoh et Cynthia Rothrock dans Yes Madam!

C’est une chose d’introduire une nouvelle sorte d’héroine, c’en est une autre d’en faire un bon emploi. Le prélude de Police Woman commence plutôt bien avec une scène où la policière de choc défie une bande de vauriens le regard embrasé et la réplique tranchante avant de se mettre à les rosser avec de fulgurants coups de pieds. Une superbe introduction pour une nouvelle sorte d’héroïne dans un contexte moderne. Malheureusement, le personnage disparaît par la suite, laissant la place au chauffeur de taxi chevaleresque incarné par Charlie Chin qui est harcelé par des voyous (incluant Jackie Chan). Charlie Chin a une très bonne présence à l’écran et il y a suffisamment de bagarres pour égayer quelque peu le film mais le manque de moyens de la production et les lacunes d’un script un peu brouillon se font également très bien sentir avec des nombreuses longueurs pesantes, de même que quantités de maladresses dans le récit. Quand la femme flic revient sur scène après une ½ heure, c’est un peu tard et les lacunes du scénario continuent d’être constantes (notamment par l’emploi de flashbacks explicatifs, de long discours d’expositions et même une digression moralisatrice). Notre héroïne se bat contre des hommes de mains lors du dénouement mais l’affrontement principal est entre Charlie Chin et le jeune malfrat joué par Jackie. En plus d’être boiteux et longuet au niveau scénario, Police Woman s’avère donc également assez décevant dans son emploi somme toute limité de son héroïne, ce qui est d’autant plus dommage que Yuen Qiu est vraiment une combattante hors paire avec une présence indéniable.

Et Jackie Chan dans tout ça (ou plutôt Chan Yuan Lung son pseudonyme à l’époque) ? Eh bien, il se débrouille fort bien mais moins comme acteur (où son personnage n’est mémorable que pour sa prune au visage) que comme chorégraphe, cascadeur et coordinateur de cascades. C’est que lui et son collègue Yuen Cheung Yan se devaient de concevoir des combats haut en couleurs mais aussi réalistes vu le contexte contemporain de l’histoire et le fait que le héros n’est pas un maitre kung-fu à la Bruce Lee. Grand, costaud et entrainé à l’opéra de pékin Charlie Chin a la prestance d’un bagarreur qui rend crédible les affrontements de son personnage. Il sait donner des coups mais également en recevoir. Jackie l’aide un peu en tant que son adversaire de prédilection qui fait culbutes et cascades pour animer les bagarres. On le voit même s’accrocher au toit d’une voiture en fuite, un lointain prédécesseur de sa fameuse cascade avec un autobus dans Police Story . Yuen Qiu se bat comme une amazone déchainée, ce qui est excitant à voir mais malheureusement excepté pour ses séquences de présentation (au début, puis au milieu du film) ses exploits combatifs sont subordonnés à ceux de sa co-vedette. La présence à l’écran de Jackie Chan ne doit pas faire oublier que les bagarres et cascades du films ont été exécutées avec un autre chorégraphe Yuen Cheung Yan. Comment se sont ils partagés le travail? Peut-être selon leurs disponibilités pendant le tournage mais peut-être également ont-ils travaillé chacun avec l’une des deux vedettes du film. J’ai remarqué que si Jackie se battait toujours avec Charlie Chin, Yuen Qiu par contre ne croisait jamais le fer avec Jackie et que l’approche des combats chez les héros était différente (un bagarreur pour l’un, une amazone martiale pour l’autre),

Police Woman emploie quelques acteurs issue de la Shaw Brothers :Feng Yi et Chiang Nan de même que les beautés taiwanaises Hu Chin et Betty Pei Dee qui commençaient alors leurs carrières et dont les rôles semblent avoir visé à donner un peu de sex-appeal au film. Bien que cinéaste indépendant, Zhu Mu travaillait toujours comme acteur chez les Shaw et a su faire venir quelques-un de ses confrères à travailler pour lui. Une autre tête que les fans pourraient reconnaitre est celle de John Cheung Ng Long, future vedette kung-fu dans la seconde moitié des années 70 et qui faisait déjà partie de sa petite troupe de cascadeurs.

Tout comme Not Scared to Die, Police Woman ne semble pas avoir fait grand vague et Zhu Mu ferma sa compagnie peu de temps après. Il n’oublie pas Jackie Chan et l’employa dans deux autres de ses films pour des rôles non martiaux. Par la suite Jackie fut engagé pour être la vedette d’un petit film kung-fu réalisé par Ngai Hoi Fung qui avait été le co-scénariste et directeur photo sur Police Woman : Cub Tiger of Kwantung le premier film martial dont Jackie tint la vedette. Bien que Police Woman , tout comme Not Scared to die et Cub Tiger Kid soient mentionnés dans une bonne partie des filmographies de Jackie, le manque d’info sur ces films rares ou inaccessibles ont fait que les informations rapportées sur eux étaient le plus souvent ténues et erronées. Aucun des nombreux livres occidentaux écrits sur Jackie n’a jamais fait mention de Zhu Mu et du rôle qu’il a tenu au début de sa carrière, pas même sa supposée autobiographie I am Jackie Chan »

Film à petit budget vieillot, inégal et somme toute assez moche Police Woman/Young Tiger est surtout une curiosité en tant qu’ancien film de Jackie Chan et de Yuen Qiu (devenue finalement une vedette grâce à Kung Fu Hustle ). Si Police Woman avait fait un meilleure usage de Yuen et avait connu plus de succès en 1973, il aurait pu également passer pour un lointain précurseur des films de policière de choc. L’idée des amazones policières était bonne mais ne ce n’est pas avant le milieu des années 80 que ce type d’héroines se developpa vraiment avec la série des In the Line of Duty . C’est un peu dommage pour Yuen Qiu, Police Woman la montrant avec une fougue qui aurait pu rivaliser Angela Mao elle-même.

De nos jours, Police Woman est disponible en de nombreuses éditions DVD de qualité fort variée sous d’autres titres : le plus souvent The Young Tiger (Le Jeune Tigre) mais il y a également Rumble in Hong-kong de même que Jackie Chan Vs Police Woman. La première version du film que j’ai vue était doublée en anglais, plein écran et de qualité vidéo pauvre. La seconde version vue, de Metropolitain, est de bien meilleure calibre; avec un doublage français de bonne qualité en version intégrale et panoramique. C’est la version de référence pour ceux qui veulent jeter un coup d’œil à de l’histoire ancienne.
Yves Gendron 6/21/2004 - haut

Index de la page
 6/21/2004 Yves Gendr...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com