Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

The New Option    (2002)
Dernier volet cinéma de la saga des « option » initiée par Gordon Chan en 94, The New Option a connu une genèse difficile. Il faut dire qu’en près de dix ans d’existence, la série n’a pas progressé pour le meilleur. Final Option avait innové par son approche réaliste, concentré sur ses personnages et leurs sentiments. Le film avait aussi confirmé Michael Wong comme un acteur d’importance de l’ex colonie. First Option prenait une direction différente, plus orienté vers l’action. Le film s’en sortait convenablement mais ne pouvait égaler la réussite de l’original. D’autant plus qu’une tripotée de copies (Best Of The Best, S.D.U. Mission In Mission…) étaient apparus entre temps. Le troisième volet de la série, G4 Option Zero, voyait Gordon Chan se mettre en retrait de sa création, se contentant du poste de producteur. Le film réalisé par le fidèle Dante Lam offrait encore une fois de l’action efficace mais guère plus. Et arrive donc, cinq ans plus tard, ce New Option. Problème : Quel est le degré d’implication de Chan dans le projet ? Si l’on en croit les crédits, il n’est que simple producteur. Pourtant, les annonces en début de tournage voulaient qu’il soit le réalisateur de ce quatrième volet. Qu’a-t-il bien pu se passer ? L’hypothèse la plus crédible serait que Chan ait bien entamé le tournage mais ait abandonné en cours (problèmes avec les acteurs, les producteurs…). En attendant des déclarations plus précises de l’intéressé, on ne peut guère s’aventurer plus loin. Celui qui a pris la relève de Chan semble être Gary Mak. Son crédit de « executive director » est une formule politiquement correcte pour le dire. Souvenons nous que des films comme Swordsman (avec ses nombreux « acting directors ») ou Legend Of The Dragon (« executive director » ici encore) recouraient à la même technique. Histoire de compliquer encore plus la donne, certaines sources créditent aussi Clarence Fok comme réalisateur. Malheureusement, les informations précises sur cette supposé implication demeurent inexistantes…

Mais revenons au film même. Classiquement, Wong y retrouve le rôle de Stone et prend sous son aile divers jeunes talents de Hong Kong : Shawn Yu, Eddie Pang… Sur cette trame de départ ultra classique, The New Option va tenter de développer une intrigue un peu différente de ses prédécesseurs. Alors que dans les opus précédents, c’était l’esprit S.D.U., et tout ce que cela impliquait sur la vie privée des personnages, qui était mis en avant, The New Option cherche à équilibrer en rappelant l’importance des forces de l’ordre classique. En cela, on peut le rapprocher un peu de First Option avec son mélange douaniers/forces spéciales. L’enquête menée par la police dispose d’un temps de développement au moins aussi important que celui dévolu aux S.D.U.. Une des conséquences en est le relatif retrait de Mike Wong à l’écran. Le brave Mike a tout de même l’occasion de placer quelques phrases bien senties qui ont fait sa gloire (notons un magnifique « you swim like my grand mother ») mais il s’agit des gimmicks habituels de l’homme. The New Option ne donne pas l’occasion à Wong d’explorer davantage la personnalité de Stone… Et c’est bien dommage !

Le bénéficiaire de ce retrait, c’est Shawn Yu. Son personnage sert de charnière entre les deux axes du récit, le volet S.D.U. et le volet policier. Etant donné son importance, le personnage doit être traité habilement. Pourtant, on ne peut pas dire qu’il soit particulièrement développé. Shawn Yu se retrouve à devoir attirer la sympathie par son seul jeu pour pallier les carences du script dans ce domaine. Sa prestation est correcte mais ce n’est pas encore assez pour que son personnage prenne vie au point de passionner. Peut être conscient du problème, le scénario réserve un petit twist en milieu de métrage qui permet de relancer l’histoire et capter l’attention du spectateur. L’idée est bonne mais, malheureusement, son plein potentiel est totalement inexploité. Avec davantage d’inventivité, ce twist aurait pu permettre à The New Option de se distinguer des précédents films de la série et complexifier adroitement son récit. En l’état, il ne permet qu’une digression d’une quinzaine de minutes avant de revenir sur les rails, hélas par trop prévisibles, de son histoire policière. Dommage. L’intrigue principale reprend ses droits et The New Option se poursuit, un peu paresseusement, sans passionner par ses personnages ou son déroulement scénaristique. Les méchants ratés (ils sont censés être des pros mais passent leur temps à se chamailler) n'aident pas beaucoup à améliorer les choses.

L’action ne vient pas sauver la mise. Le réalisateur (quelqu’il soit) choisit de placer The New Option dans la continuité de Final Option, préférant la qualité à la quantité. Choix discutable car The New Option ne dispose pas de la même implication émotionnelle qu’avait réussi à développer le film de Gordon Chan. Choix franchement condamnable quand on voit que la seule scène d’action du film. Jamais les enjeux de la séquence ou la géographie des lieux ne se matérialisent clairement. On se retrouve à passer d’un groupe à l’autre sans bien comprendre ce qui se passe. D’autant plus regrettable que le réalisateur parvient tout de même, dans quelques plans, à donner une certaine impact à ses fusillades, mettant l’accent sur les techniques de snipe. Davantage de constance et de sérieux aurait été bienvenu.

Pas foncièrement mauvais, The New Option est un film standard, sans réelle personnalité et souffrant beaucoup de la comparaison avec ses prédécesseurs. Seuls les acharnés des films de S.D.U. y trouveront pleinement leur compte.
Arnaud Lanuque 7/20/2004 - haut

Index de la page
 7/20/2004 Arnaud Lan...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com