Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Heroes Shed No Tears    (1980)
Jusqu'alors, Chu Yuan s'était brillamment sorti de toutes ses adaptations du prolixe et foisonnant Gu Long (Killer Clans, The Magic Blade, Clans Of Intrigue, Jade Tiger, Death Duel, The Sentimental Swordsman...). En effet, faire tenir un livre de près de 1000 pages, compliqué au possible, dans un long métrage d'une durée classique n'est en général pas une mince affaire : il faut faire disparaître certains protagonistes, resserrer l'action, insuffler et conserver un rythme cinématographique... du travail d'orfèvre et un casse-tête pour le scénariste et le metteur en scène.
Oui mais voilà, Heroes Shed No Tears (rien à voir avec le film de John Woo tourné 6 ans plus tard) souffre de tous les travers de ce type d'opération à risque... Le résultat est extrêmement confus et en même temps naïf pour tout spectateur occidental étranger à l'oeuvre du célèbre romancier Gu Long : à force de nous présenter des personnages nouveaux tout au long du récit, Chu Yuan a pris le parti de ne pas approfondir les relations établies entre eux. Du coup, les sentiments qui ont pu ou qui vont se nouer sous nos yeux nous paraissent à la limite du ridicule (mention spéciale à la jeune danseuse qui se coupe une jambe, l'offre à son fiancé et s'en va en sautillant... je vous défie de garder votre sérieux !). De plus, de longues scènes explicatives viennent perturber l'action et font retomber le rythme.
C'est d'autant plus dommage qu'un soin tout particulier est apporté aux multiples décors et aux costumes, seules réussites, au final, de Heroes Shed No Tears.

Que les admirateurs d'Alexander Fu Sheng passent leur chemin : j'ai rarement vu une star hongkongaise de la Shaw Brothers avoir l'air aussi ridicule... Invraisemblable ! Comment le réalisateur a pu le laisser jouer avec une aussi affreuse perruque ? A croire qu'il a voulu torpiller son film de l'intérieur... Même Chow Yun Fat et ses cheveux longs dans All About Ah Long faisait plus sérieux ! Et puis il faut avouer que Fu Sheng reste plutôt limité dans son jeu d'acteur...
Même s'ils ne font par rire chaque fois qu'ils apparaissent à l'écran, les autres membres du casting sont aussi décevants. Yueh Hua est statique au possible et Derek Yee, qui a pourtant un des premiers rôles, ne donne pas la pleine mesure que requiert une telle position.
Ku Feng, un des meilleurs seconds rôles de toute l'histoire de la Shaw Brothers, laisse une nouvelle fois éclater son talent pour notre plus grand plaisir et nous redonne du baume au coeur devant cet énorme gâchis.

Côté action, les scènes de combat sont nombreuses mais assez poussives. Tang Chia est toujours au poste mais son comparse de toujours, Liu Chia Liang, a mis un terme à leur collaboration pour s'en aller réaliser ses propres films (chose qu'il ne fera lui-même que 3 ans plus tard et pour seulement 3 films, tous estampillés Shaw Brothers).

Au final, un film décevant réservé exclusivement aux fans.
David-Olivier Vidouze 2/11/2004 - haut

Index de la page
 2/11/2004 David-Oliv...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com