Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

L' Epée de la puissance    (1971)
En 1970, Jimmy Wang Yu, star numéro une de la Shaw Brothers, obtient un succès record avec sa première réalisation The Chinese Boxer (Karaté A Mort Pour une Poignée de Soja/ La Vengeance du Tigre). A cette même époque Raymond Chow, directeur de production au sein du studio Shaw Brothers, décide de partir pour créer son propre studio, La Golden Harvest. Jimmy Wang Yu décide de partir lui aussi du studio Shaw Brothers pour suivre Raymond Chow dans sa folle aventure, devenant de ce fait la star numéro une du studio avant l’arrivée de la tornade Bruce lee. Dans un premier temps il retrouve le réalisateur Xu Xenghong, lui aussi transfuge des studios Shaw avec qui il va faire deux Wu Xia Pian : The Last Duel et The Invincible Sword (sorti en France par l’excellent Christophe Gans dans la collection Scherzo sous le titre L’épée de la Puissance).

Même si il reste bien moins ambitieux et abouti que les plus grands Wu Xia Pan tournés par Chang Cheh (La Rage du Tigre, The Heroic Ones), The Invincible Sword n’en reste pas moins un excellent divertissement ou les combats sont légions. Le film est marqué par la présence de Hsu Feng, l’égérie du réalisateur King Hu, qui tient le rôle d’une acrobate experte amoureuse du héros. Comparé aux rôles qu’elle tenait chez King Hu, ici son personnage manque de consistance. Elle n’est plus la femme froide, inaccessible et redoutable comme chez King Hu, mais une gentille acrobate qui, dans la quasi-totalité du récit passe son temps à admirer le héros, pour finalement prendre part au combat vers la fin du métrage. Ses scènes sentimentales avec Jimmy Wang Yu sont néanmoins plaisantes. Dans sa deuxième partie, le film prend totalement son envol et enchaîne deux énormes scènes de combats, 10 minutes pour la première, 20 pour la seconde, ou le nombre d’adversaires est décuplé, ces longues scènes de joutes martiales peuvent ce voir comme le brouillon pour Wang Yu, de son chef-d’œuvre à venir : Le Dieu de la Guerre avec sa scène de combat d’anthologie d’environ 35 minutes.

En conclusion, même si le film n’est pas exempt de défauts : certains acteurs sur jouent, raccourcis scénaristiques, incohérence (Wang Yu n’arrive pas à délivrer le général quand il est accompagné d’une cinquantaine d’hommes mais réussit quand il réessaye accompagné de la troupe d’acrobates qui ne sont que quatre), il n’en reste pas moins un excellent divertissement aux scènes de combats de bonnes factures.

Un film que je conseille et qui mérite d’être (re)découvert. En espérant que Christophe Gans le ressorte une deuxième fois dans son excellente collection HK Vidéo.
Denis Gueylard 8/4/2004 - haut

Index de la page
 8/4/2004 Denis Gueyl...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com