Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Angel With The Iron Fists    (1967)
1967 pourrait être décrit comme l’année où James Bond a laissé son empreinte en Asie. D’une part parce que le dernier film de la série Bond : You Only Live Twice, se déroulait au Japon. D’autre part à cause des nombreux films d’espionnage et d’aventure produits pour l’occasion par les studios Shaw Brothers et inspirés du personnage et des conventions régissant les aventures du célèbre agent 007. Au total sept films ont été produits en dix mois. Angel With The Iron Fist est le premier d’entre eux (date de sortie 11 Janvier 67). Ce n’était pas là le premier film «pseudo bond» produit par les Shaw, il y a avait eu auparavant Golden Buddha sorti en mai 1965 mais ce film tenait tout autant des films de suspense d'Alfred Hitchcock (voir critique du film). Par contre Angel est le premier « spy caper » Shaw à mettre en scène un agent secret dûment numéroté. (spy caper= spy espion, caper: film de genre avec un degré d’humour).

Excepté que dans Angel l’agent secret n’est pas un « James » mais plutôt une « Jane » Bond ultra chic incarnée par la starlette montante Lily Ho. Comme les vedettes féminines dominaient le cinéma hongkongais dans les années 60, il était plutôt normal que les Shaw présente un agent secret féminin pour leur film d’espion. Toutefois Angel va plus loin encore puisque le grand méchant du film est également de sexe féminin, une dragon lady dirigeant une armée de femmes fatales et auprès desquels les hommes semblent confinée aux rôles de subordonnés.

Le film offre donc une étrange inversion du rôle des sexes par rapport aux Bond originaux. Alors que l’agent 007 accomplit habituellement ses missions à la dure (combats, intrusion secrète) l’agente 009 réussit la sienne par des artifices bien féminins (ruses, duperie, séduction). Même la plupart de ces gadgets sont déguisés en accessoires de femme. Bien qu’elle se batte ou utilise un pistolet à quelques occasions, ce n’est pas avec ces prouesses martiales qu’elle arrive à ses fins.

Cela ne veut pas dire que le rôle des hommes dans le film sont complètement marginalisés : le patron de l’agent 009 est un homme et elle est également pourvue d’un faire valoir avec le personnage du bijoutier chevaleresque incarné par Tang Ching qui même si il est dupé par l’héroïne n’en n’est pas moins le second protagoniste du film et n’hésite pas à se battre pour elle à de nombreuses occasions. Le rôle qu’il occupe est à peu près le même que les chevaliers-servants qui dans les Wu Xia Pian aident et la plupart du temps tombent amoureux de l’héroïne.

Angel with The Iron Fist a le même metteur en scène que Golden Buddha : Lo Wei (et aussi le même scénariste). Angel a donc à peu près la même série de défauts que son prédécesseur, soit une mise en scène et une narration manquant tant de rigueur que de zeste. Les personnages sont aussi superficiels et le scénario ne rend aucunement l’avantage au sexe de l’agent secret et de ses adversaires pour créer des dialogues un tant soit peu spirituels. Les scènes d’action sont assez variées et nombreuses mais la plupart du temps sont plus excitantes pour leur trame musicale plutôt que dans la manière dans laquelle ils ont été filmés ou chorégraphiés. Du lot, on pourrait quand même retenir la bagarre semi-comique dans le salon de coiffure (au cours duquel le comédien Lee Kwan dans un cameo surprise prend une volée), le duel de filles : 009 Vs une ange jalouse, dans laquelle elles se donnent des coups de karaté et se tirent les cheveux, le corps à corps implacable entre sbires pour les beaux yeux de 009 et la poursuite dans les égouts de la base secrète lors du dénouement.

A défaut de capturer le brio et l’humour de la série Bond, Angel réussit quand même à en reproduire un tant soit peu l’ambiance grâce à la trame musicale (consistant en des morceaux empruntés ou imités d’autres films Bond) de même que la direction artistique : avec les gadgets, les vêtements chics des personnages et les décors de la base secrète imitations redux de ceux créés pour les James Bond. Il faut aussi signaler le générique d’ouverture qui consiste en un dessin animé réalisé dans le style pop art des années 60 très en vogue à l’époque surtout dans les spy caper et qui donne au film un certain souffle dès le départ qui a tôt fait de se dissiper.

L’atout essentiel du film est sa vedette principale Lily Ho. A l’emploi des Shaw depuis 1965, cette dernière s’était faite remarquer dans des rôles secondaires, amenant le studio à la promouvoir comme vedette dans une série de films distincts dont Angel With The Iron Fists fut le premier à sortir dès janvier 67. Grande, élégamment maquillée de même qu'habillée en accoutrement haute couture Lily Ho est l’incarnation même de la grâce ultra chic. Le charme de Lily ne tient pas juste à son apparence mais au double jeu constant de son personnage une «Jane Bond» confiante, résolue et compétente jouant les jeunes filles vulnérables et émoustillantes. Un des jeux favoris du film est de faire souvent des gros plan sur le visage de l’actrice où les airs rusés du personnage perce derrière son masque frivole et vulnérable. Quoi qu’il arrive, l’Agent 009 contrôle toujours la situation et cela contribue à son attrait.

Deux bémols tout de même, malgré le titre du film « l’Ange aux poings d’acier » et bien que son personnage se batte souvent Lily Ho n’est pas une experte des plus convaincantes au corps à corps, elle est juste trop menue et pas véritablement athlétique. Aussi, au dénouement du film, l’agent 009 est piégé et a besoin d’être prise en charge par « son chevalier » pour s’échapper. A ce moment sans se transformer complètement en demoiselle en détresse, son personnage qui dominait chaque situation doit un peu céder le pas à son faire valoir dans un retournement quelque peu incongru étant donné le fait qu’elle l’ait constamment dupé depuis le début.

En tant que pastiche féminin et asiatique des films Bond, Angel With The Iron Fists a un certain charme rétro-kitch. Le film peut également être considéré comme un lointain ancêtre du genre Girls With Guns des années 80/90. Malheureusement, le manque de style et de vigueur dans la mise en scène et la nature somme toute assez surfait des personnages et du scénario font que le film ne s'élève pas beaucoup. Une appréciation du film dépend si l’on tombe sous le charme de Lily Ho; si oui les défauts d’Angel paraîtront un peu moins pesants, sinon ce pseudo Bond défaillant lassera très vite.

Pour Lily Ho, Angel With The Iron Fists marque ses grands débuts comme vedette glamour des Shaw. Ses prestations dans le mélodrame My Dream Boat et le musical Hong Kong Nocturne démontraient sa versatilité et auront consolidé sa position au sommet du star system des studios sur lequel elle resta perchée jusqu'à sa retraite en 1974. Lily Ho est apparue dans d’autres spy capers notamment une suite : Angel Strikes Again, de même que Brain Stealers, et Lady Professional. Vers la fin de sa carrière son rôle de courtisane vengeresse dans Intimate Confessions Of A Chinese Courtesan avait une étrange parenté avec celui de l’agent 009. Comme cette dernière, la courtisane devait séduire et duper ses adversaires pour mieux les détruire et parmi ces cibles l’on comptait une autre femme fatale vénéneuse. Comparer ce film de la maturité de l’actrice avec celui de ses débuts pourrait être un exercice intéressant pour quiconque s’intéresse au Studio Shaw Brothers et son évolution.
Yves Gendron 11/9/2010 - haut

Index de la page
 11/9/2010 Yves Gendr...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com