Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Les Dragons de Shanghai    (1980)
Wilson Tong, un nom indissociable du cinéma kung fu. En plus d’avoir travaillé avec les plus grands (Lau Kar Leung, Sammo Hung) l’homme s’est affirmé être un solide réalisateur de kung fu old school. Kung fu genius, sa première réalisation, est caractéristique de ses forces et faiblesses. Wilson Tong n’est pas un grand scénariste, il préfère les raccourcis et autres facilités scénaristiques aux histoires demandant un peu plus d’exigence. (Snake deadly act est symptomatique de cela, si Wilson Tong ne s’était pas contenté d’offrir une kung fu comedy toute simple, il aurait pu élever son film au niveau des plus grands Sammo Hung et autres Lau Kar Leung). En ce qui concerne l’action, Wilson Tong n’a rien à envier aux plus grands : réalisation claire et limpide, chorégraphies variées et exigeantes, l’homme est une valeur sûre dans le domaine du kung fu old school.

Daggers 8 est un de ses meilleurs films, peut-être même son meilleur. Cette fois, l’aspect sérieux et tragique du métrage n’est pas handicapé par des scènes de comédies assez lourdes. Si humour il y a, il ne représente pas le gros du métrage. Son histoire de jeune homme fougueux désirant apprendre le kung fu et voyant tout ses maîtres tués un à un par un tueur à gage est bien menée. Au lieu d’enchainer les séquences de combat les unes après les autres sans qu’il y ait un réel fil conducteur, Wilson Tong préfère ficeler une intrigue un peu plus élevée que la moyenne qui justifie les nombreux combats du film. Il faut tout de même avouer qu’après le premier meurtre, il n’est pas très difficile de deviner qui est le commanditaire de ces crimes. Malgré cela, le film se suit sans ennui jusqu’à la fin car le spectacle qui s’offre à nous est des plus réjouissant.

Wilson Tong a pour habitude de passer devant la caméra dans ses films pour interpréter des rôles de méchant. Dans Daggers 8 il ne déroge pas à la règle et interprète même le fameux tueur à gage du film. Son temps de présence à l’écran étant plus élevé que la moyenne, autant dire que pour l’amateur de kung fu, Daggers 8 possède un sérieux atout. Grand praticien d’arts martiaux, Wilson Tong s’affirme comme un très bon combattant à l’écran. Aussi technique qu’agile, l’homme est la grande attraction du film. De plus sa façon de se battre est assez originale : il n’utilise que des couteaux pour exécuter ses contrats. Le casting n’est pas en reste : Alan Chui, dont le duel avec Wilson Tong constitue le grand morceau de bravoure du film, Lily Li Li Li, qui combat toujours avec autant de grâce, sans oublier le héros du film, Meng Yuen Man, qui possède de bonnes dispositions physiques.

Tout ce petit monde fait de Daggers 8 un très bon film d’arts martiaux. Il faut tout de même noter que Kung fu genius et Snake deadly act possédaient un petit brin de nervosité en plus dans les combats.
Mais, répétons-le, Daggers 8 n’oublie pas son histoire en chemin et tente d’apporter un maximum de justification aux combats.

Lors de sa sortie en 1980, le métrage ne fit pas grand bruit. Mais comparé à d’autres films de cette même année (Fearless dragons, Tiger over wall, The rebellious reign), Daggers 8 se doit d’être impérativement (re)découvert par les amateurs de kung fu old school. Wilson Tong se situe dans la droite lignée de ses mentors Lau Kar Leung et Sammo Hung.
Denis Gueylard 4/4/2007 - haut

Index de la page
 4/4/2007 Denis Gueyl...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com