Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Le Défi du Ninja    (1981)
Le défi du ninja (Enter three dragons) appartient au sous genre des Fake to Bruce Lee. Disons le tout de suite : c’est un des meilleurs du genre. Réalisé en 1981 par Joseph Kong, un spécialiste du genre, le film ne propose pas moins que 3 faux Bruce Lee. Si le Fake to Bruce Lee est un genre détestable de par son principe, pris au second degrés certains films sont franchement divertissent tel le fameux les 6 épreuves de la mort (Enter the Game of Death). Ceux qui ont aimé ce film aimeront Enter three dragons.

Se déroulant à Hong-kong, le film est difficilement résumable tant l’incohérence règne en maître : certaines scènes n’ont aucun rapport avec le film, on s’y perd avec les trois faux Bruce Lee qui s’appellent Dragon Hung, Dragon Yung… certaines scènes de combats ne sont mêmes pas justifiées et restent incompréhensibles : lors de leurs premières rencontres dans le film, Samuell Walls et Cheung Lik se comportent comme des étrangers l’un envers l’autre, ils en arrivent mêmes aux mains alors que la scène suivante nous les montre comme de vieux amis !

Mais on le sait, ce qui fait la réussite de ces films, ce n’est pas l’intrigue (d’ailleurs soyons franc, on s’en moque) mais les combats. Ceux qui veulent des bons combats en grande quantité seront servis : personnellement je n’ai vu pour l’instant que Les 6 épreuves de la mort qui contient plus de combats que ce film. C’est de la folie : cette fois le terme non-stop est absolument vrai. Les dialogues sont vites expédiés pour laisser place à d’excellents combats. La chorégraphie est efficace et les acteurs ont de grandes dispositions physiques. Le final, qui dure environ une demi-heure, est très réussi. Les acteurs s’en donnent à cœur joie.

Dans le rôle des deux frères combattants, on trouve Bruce Lai, un habitué des films de Joseph Kong et surtout Dragon Lee, artiste martial réellement impressionnant. Les deux acteurs reproduisent les tics de Bruce Lee, sa façon de se battre, Bruce Lai porte même la combinaison jaune rayée noire, tenue incontournable à tous faux Bruce Lee. Si dans le genre, l’acteur Bruce Le était plus convaincant qu’eux, les deux hommes sont suffisamment bons combattants pour rendre le film très bon du point de vue martial, aidé il est vrai par le reste du casting : Samuel Walls, acteur afro-américain qui était présent dans Les 6 épreuves de la mort, est plutôt bon combattant et effectue des coups de pieds sautés assez efficaces, Cheung Lik est également convaincant (lors d’une scène il reproduit à l’identique une expression faciale de Jackie Chan lors du final de Drunken Master, hommage ou exploitation ?).

Du côté des méchants, c’est du tout bon également : Philip Ko, Tiger Yeung Cheng Wu, Kong Do, certains n’interviennent que quelques minutes pour simplement envoyer quelques coups biens sentis tels que Bolo Yeung, Lee Hoi San

Bien entendu, tout comme Les 6 épreuves de la mort, le film ne se prend jamais au sérieux et s’autorise même quelques moments de pur délire : déjà concernant la musique, on a droit à du disco et les auteurs ont été jusqu’à reprendre la musique de Midnight Express (si si, ils ont osé) !! Certaines scènes nous montrent la fuite de personnages en avance rapide et sur une musique champêtre ! Les dialogues sont parfois très subtils (« on s’est fait avoir jusqu’au trognon ») et parfois totalement débiles lors de cette scène ou les personnages discutent philosophie avec un moine de shaolin, moment complètement risible tant la conversation ne tient pas debout.

Ceux qui veulent du bon kung-fu, un rythme effréné et rigoler un bon coup ne peuvent pas passer à côté de ce Enter three dragons, un excellent divertissement néanmoins inférieur au monstrueux 6 épreuves de la mort.
Denis Gueylard 12/11/2004 - haut

Index de la page
 12/11/2004 Denis Gue...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com