Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Le Jeu de la mort    (1978)
Peu de temps après avoir terminé La Fureur du dragon, Bruce Lee se remit au travail, il avait pour but de réaliser le plus grand film d’arts martiaux et surtout de mettre complètement en avant le Jeet Kune Do. On peut penser, au vu des 40 minutes du Jeu de la mort, que s’il avait pu le terminer il y aurait eu beaucoup de chances pour qu’il réussisse ce pari insensé.

Le scénario que le Petit Dragon a écrit est diablement excitant : un champion d’arts martiaux aidé de quelques assistants est chargé de se rendre sur une île au large de la Corée. Sur cette île, se trouve une pagode au sommet de laquelle il y a un trésor que doivent récupérer Bruce et ses hommes. Seulement, chaque étage est gardé par un maître en arts martiaux qui a pour tâche de ne laisser passer personne au niveau supérieur.
Voici le scénario original du Jeu de la mort qui, surtout quand on connaît le casting d’adversaires prévu par Bruce Lee, est incroyablement alléchant : Bolo Yeung de son vrai nom Yang Szé, Wang In Sik, Dan Inosanto, Ji Han Jae, Kareem Abdul Jabaar, Taky Kimura.
Parmi les acolytes du Petit Dragon on retrouve James Tien et Betty Ting Pei ainsi que George Lazenby devant faire partie de la distribution.

Le Petit Dragon n'eut le temps de tourner que trois scènes, celles avec Dan Inosanto, Ji Han Jae et Kareem Abdul Jabaar. Ces scènes portent le style Bruce Lee et les préceptes du Jeet Kune Do à leur paroxysme ! En effet, ces trois combats sont de purs morceaux d’anthologies gravés sur pellicule. Charismatique comme jamais et portant sa célèbre combinaison jaune rayée de noir, le Petit Dragon n’a jamais été aussi bon et sidérant.

Le premier combat l’oppose à Dan Inosanto : Bruce Lee lui explique pourquoi il va gagner en lui démontrant la supériorité du Jeet Kune Do. Les deux petits bâtons de Dan Inosanto ne pouvant rien contre la longue tige en bambou du Petit Dragon, l’escrimeur Philippin décide d’utiliser le nunchaku. Il faut voir la rapidité et la dextérité des deux hommes avec cette arme pour le croire, leur combat est unique étant donné que plus personne n’a osé utiliser des nunchakus au cinéma depuis (dans un contexte sérieux).
Le deuxième combat est le plus technique des trois, Ji Han Jae étant un expert en Hapkido, l’affrontement est également le plus réaliste de toutes les scènes de combat de Bruce Lee. De tout les adversaires qu’il ait eu au cinéma, le maître Coréen est certainement celui qui lui aura donné le plus de mal.
Néanmoins, au niveau du spectacle pur et de l’éblouissement, le troisième combat reste pour certains (dont votre serviteur) le plus beau du Petit Dragon mais aussi de tout le cinéma martial : bien évidemment il s'agit de la scène avec Kareem Abdul Jabaar. La réputation de cette scène ne tient pas aux compétences martiales de son adversaire (bien que Jabaar soit convaincant, la différence technique entre les deux acteurs est flagrante) mais à sa taille : deux mètres vingt de hauteur. Et c’est justement sur cette spécificité du combat que Bruce Lee s’est appuyé pour faire la chorégraphie. Le résultat est tout simplement titanesque !

Il est vraiment fâcheux que Bruce Lee n’ait pu terminer le tournage du film, car assurément il nous aurait convié à un sommet du cinéma martial. S’il est impossible de dire si Bruce Lee aurait pu faire mieux par la suite, force est de constater que les 40 minutes qu’il a eu le temps de tourner pour Le Jeu de la mort (Game Of Death) constituent un summum et en quelque sorte un chef d’œuvre.
Mais ne boudons pas notre plaisir, ces 40 minutes sont à voir et à revoir.
Denis Gueylard 11/21/2005 - haut

Le Jeu de la mort    (1978)
Artistiquement, The Game Of Death est un film malade, un pur produit marketing destiné à capitaliser un maximum sur l'image de Bruce Lee.
Un peu d'histoire : nous sommes en 1973, Bruce Lee prépare son quatrième film, une histoire de chasse au trésor conservé dans une pagode gardée par de redoutables artistes martiaux qu'il devra affronter un à un. Il en a écrit le scénario et a commencé à tourner quelques scènes de combat (celles de la pagode, avec son ami intime Dan Inosanto, son ancien élève Kareem Abdul Jabaar et Chi Hon Joy). Pendant ce temps, son rêve devient réalité : la Warner Brothers le contacte et lui propose de tourner son premier film américain (une coproduction avec sa propre société, Concord, sous l'égide de la Golden Harvest). Il abandonne tout et se rend aux Etats-Unis. Il décèdera avant d'avoir pu voir achevé Enter The Dragon et reprendre le tournage de The Game Of Death. L'engouement pour le "petit dragon" est mondial, ses films deviennent des succès internationaux et Raymond Chow, 5 ans après, décide d'utiliser les quelques 20 minutes de pellicule de The Game Of Death tournées par Bruce Lee pour en faire un long métrage. Le scénario n'a plus rien à voir avec l'original (même si Bruce Lee est toujours crédité en tant que scénariste) et il doit maintenant permettre à une autre personne de reprendre le rôle du petit dragon sans que le spectateur ne s'en aperçoive (trop !). Alors, le héro, Bruce Lee, traqué par des méchants, devra passer les quatre cinquièmes du film affublé de postiches pour ne pas être reconu par ceux-ci. Le reste du temps, on pourra le voir de dos ou dans des plans d'insert de ses autres films (superbes faux raccords où Bruce Lee a la chemise bleue de The Way Of The Dragon de face puis, de dos, une chemise grise, ou est devant les murs d'une pièce grise de face puis d'une pièce marron, de dos...). Raymond Chow a choisi Casanova Wong (un bon artiste martial, du reste : The Iron Fisted Monk, Duel To The Death...) pour prendre sa place et il apparaît bien vite qu'il n'a pas la même rapidité que l'original et, surtout... le même profil ! Heureusement, durant les scènes de combat, il est assez difficile de bien voir les traits de son visage. Yuen Biao a lui aussi joué le rôle de Bruce Lee dans quelques séquences.
The Game Of Death est donc un film mort-né, dès le départ de Bruce Lee pour les Etats-Unis.
Un peu de positif cependant : les scènes de la pagode, les vraies tournées par le petit dragon, sont superbes et aujourd'hui mythiques. Regardez le nombre d'homages rendus au cours d'autres films : la séquence avec Kareem Abdul Jabaar dans City Hunter, avec Jacky Cheung dans High Risk et dernièrement Uma Thurman dans Kill Bill Volume 1... Et puis les autres combats réglés par Sammo Hung sont aussi intéressants.
Le générique n'est pas sans rappeler les génériques de James Bond, et il faut souligner qu'après Lalo Shiffrin pour Enter The Dragon, c'est John Barry qui a écrit la partition musicale du film (lui donnant un aspect encore plus "bondien").
A noter qu'une "suite" a été donnée à The Game Of Death, Tower Of Death (ou Game Of Death II aux Etats-Unis), avec des inserts des anciens films de Bruce Lee ainsi que des scènes alors inédites tirées de Enter The Dragon (elles ne le sont plus puisqu'elles sont présentes dans l'édition du 25ème anniversaire éditée par la Warner Brothers). Ce film, encore produit par Raymond Chow, devait inaugurer une série de films "avec" le petit dragon, réalisés à partir de rushes ou de plans repiqués dans ses précédents films. Tower Of Death a été un bide et ce "grand" projet est heureusement tombé à l'eau.
En conclusion, un film réservé exclusivement aux passionnés de Bruce Lee. Les autres risquent de trouver l'expérience ridicule et déplaisante...
David-Olivier Vidouze 3/1/2001 - haut

Index de la page
 11/21/2005 Denis Gue...
 3/1/2001 David-Olivi...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com