Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Treasure Hunter    (2000)
Vétéran de l’industrie cinématographique Hong Kongaise, l’ancien cascadeur John Cheung s’est naturellement essayé à une carrière derrière les caméras, en tant que chorégraphe, à partir de la fin des années 80. La réalisation est son objectif et il finit enfin par l’atteindre à la toute fin des années 90 avec Treasure Hunter, son bébé en lequel il place d’énormes espoirs. C’est bien simple, il s’occupe de tout sur le film ! Du scénario à la réalisation, de la production au casting. A l’écouter en interview, l’homme en est très fier et y voit le futur du cinéma d’action de HK à travers l’usage de techniques nouvelles, et tout particulièrement les prises de vue sous marines. Une telle ambition fait plaisir à voir, surtout dans la morosité ambiante qui affecte l’industrie du film local, malheureusement on ne peut que déplorer que le résultat à l’écran soit aussi éloigné de ces bonnes intentions.

On s’en doute, John Cheung n’a pas disposé d’un large budget pour mettre en scène Treasure Hunter, tout comme il a du se conformer un planning de tournage serré. Mais cela n’excuse pas la trop grande dispersion qui affecte le scénario de son unique long métrage. Car durant près de la moitié du métrage, le film n’avance nulle part. On ne fait que suivre les personnages dans leurs activités plus ou moins médiocres (Chin Siu Ho qui passe son temps à filmer, John Cheung qui gère les nombreuses plongées…) sans qu’une intrigue se fasse jour et permette au film de progresser. Certes, cela a au moins l’avantage de présenter les personnages mais ceux-ci sont sans réelle psychologie et au final, c’est l’ennui qui prévaut.
Quand enfin Treasure Hunter parvient à se focaliser dans une direction, le film gagne un minimum de rythme et d’intensité. Un minimum… mais certainement pas plus. Car même ainsi, l’intrigue demeure très plate (un chef du crime qui cherche à retrouver son mac guffin récupéré par nos héros) et n’est même pas bien structurée (voir le climax qui se termine 15 minutes avant la fin du film). Cheung tente bien de donner de la vie à l’ensemble par une réalisation appliquée et quelques éclairs de violence percutants (torture dans un scaphandre, variation aquatique du sort réservé à David Chiang dans Heroic Ones) mais c’est tout juste suffisant pour que le spectateur ne s’ennuie pas.

La présence d’acteurs vétérans de l’industrie aurait pu relever le niveau mais tous semblent avoir carrière et talent derrière eux. Le pompon étant atteint par Chin Siu Ho, arborant des cheveux mi longs du plus mauvais effet. Lui qui 5 ans plus tôt brillait dans des films comme Fist Of Legend ou Tai Chi Master n’est plus que l’ombre de lui-même. Son jeu est maladroit, ses capacités physiques inexploitées, son charisme à zéro. C’est triste à voir.
Seul Simon Lui parvient à relever un peu le niveau ambiant en interprétant le genre de salopard qu’il affectionne. Décontracté mais autoritaire, il parvient un minimum à crédibiliser un personnage pourtant digne d’un Philip Ko des années 2000.
Précisons tout de même qu’à défaut de casting talentueux, Cheung est au moins généreux en jolies filles. Des seconds rôles (Pinky Cheung, Sherming Yiu) aux simples figurantes, l’ancien cascadeur applique la règle numéro un de l’exploitation : « Si tu n’as rien de bien à mettre dans ton film, embauche au moins des jolies filles ». Mine de rien, ça marche !

Il faut cependant reconnaître une indéniable qualité à Treasure Hunter, c’est sa bonne utilisation des prises de vue aquatiques. L’usage intensif de telles techniques était le fondement du film et on sent Cheung particulièrement concerné par cette idée. Si bien que l’on peut régulièrement apprécier des plans soignés de baies autour de HK ou des fonds sous marin du coin. Ce type de paysages inédits confère au film un cachet supérieur à ce qu’une petite série B de base, avec son entrepot et ses 2 appartements qui se battent en duel, peut prétendre. Dommage que cet aspect intéressant n’ait pas été mis au service d’un authentique scénario.
Arnaud Lanuque 4/30/2006 - haut

Index de la page
 4/30/2006 Arnaud Lan...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com