Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Soul Of The Sword    (1978)
Un enfant bien curieux est un jour le témoin d'un duel entre un maître d'armes renommé et un jeune prétendant. Ce dernier se fait occire et sa compagne se suicide sur son corps sans vie. Fort impressionné, l'enfant décide qu'adulte il réussira à battre ce terrifiant maître d'armes... Des années plus tard, devenu à son tour un puissant artiste martial, il se rend dans la demeure du maître pour le défier. Or, celui-ci est absent. Il attendra son retour et fera de nombreuses connaissances, pour le meilleur et pour le pire...

Wa Saan est principalement connu pour avoir réalisé en 1975 le nanard culte The Super Inframan. C'est cependant avec Soul Of The Sword, wu xia-pian psychanalytique tourné trois ans plus tard, qu'il nous livre son (unique) chef-d'oeuvre.
Soul Of The Sword nous conte les aventures d'un homme pour qui la vie a bifurqué un jour d'enfance, alors qu'il était le témoin d'un duel à mort entre un maître d'armes, figure tutélaire et établie (le père), et un jeune épéiste prétendant (le fils). Dans l'esprit du garçon, adoptant la position de transgression du voyeur, se déroule devant lui le rite de passage du monde de l'enfance au monde des adultes, transformation non concluante puisque le combat se solde par l'échec de l'ambitieux. Pire encore, sa belle compagne le suit dans la mort, accentuant encore les désastreuses conséquences d'un tel revers. L'ordre ne sera pas bouleversé, le néant reste la seule issue possible. En analysant cela d'un point de vue psychanalytique, on peut y voir l'échec du règlement du complexe d'Oedipe : le fils n'a pas réussi à tuer le père... Et l'enfant qui observe la scène, par peur de la castration (menace du père), va s'attacher toute sa vie à se préparer à l'affrontement.
Si l'on se replace dans l'histoire, d'une manière plus classique, on peut dire que du jour où il a vu le prétendant se faire massacrer et sa compagne se suicider, l'enfant va mener une vie au but unique : être le plus fort pour tuer celui qui inconsciemment le menace. Son existence sera dès lors dirigée par son épée, à la fois substitut phallique, amante et âme (d'où le titre).
De temps à autre, le "ça" (pour reprendre une terminologie freudienne) reprendra sporadiquement le dessus et son esprit sera enfin animé de désirs sexuels "humains" : des apparitions viendront le tourmenter pour tenter de le ramener sur la voie de la sagesse, faire poindre la chaleur sous la froideur du tueur sanguinaire qu'il est devenu. Là encore, la psychanalyse joue à fond : le spectre que voit le héros (superbement incarné par Ti Lung) revêt à la fois l'apparence de la fiancée suicidée du prétendant, mais aussi d'une jeune femme rencontrée en ville et pour laquelle il éprouve des sentiments charnels. Véritable fantôme, matérialisation d'un refoulement ou fantasme prenant forme sous ses yeux ? Je pencherais personnellement pour l'incarnation, sous l'essence vaporeuse d'une apparition, d'un désir... Car à ce moment du film le héros lutte entre l'amour qu'il porte à la jeune femme et son envie irrépressible d'affronter le maître d'armes. Et il sait que pour le vaincre il ne doit pas avoir d'attaches terrestres, de pensées susceptibles de le détourner du combat... Doit-il vider son coeur pour grandir, s'affranchir des sentiments amoureux pour prouver qu'il est un homme et plus un enfant ?
Le héros passe plus des trois quarts du film à attendre le retour du maître d'armes qu'on dit parti en mission. Pendant tout ce temps, son comportement va osciller entre l'égoïsme le plus pervers (il va ravir la fiancée d'un brave garçon et l'humilier à maintes reprises) et l'abnégation juvénile au service de la jeune femme qu'il aime (voir la scène où il attend sous la pluie). Bref, il est la proie des tourments et son esprit l'arêne dans laquelle luttent divers aspects de sa personnalité...
L'enjeu de Soul Of The Sword porte donc sur la capacité du héros à se transformer et à s'accomplir en tant qu'individu. Devra-t-il pour autant semer la mort autour de lui ? Sera-il nécessaire qu'il se déshumanise en rejetant son "moi" profond ? La mort du maître d'armes constituera-t-elle les prémices d'une nouvelle vie ?
Si le fond est riche, la forme de Soul Of The Sword ne l'est pas moins ! Ti Lung est magistral dans son rôle d'épéiste ambitieux et borné. Une fois encore, il joue sur la corde raide et apparaît à la fois bon et démoniaque : une performance que nombre d'artistes martiaux de la Shaw Brothers de l'époque étaient bien incapables d'ambitionner ! Les autres acteurs ne sont pas en reste (Ku Feng et Norman Chu notamment), mais sa présence les écrase...
Côté chorégraphies martiales, nous sommes aussi gâtés : le classique Tang Chia nous livre une fois de plus des combats trépidants et inventifs, prenant place dans des décors originaux (je pense tout particulièrement à la scène du lac).
La mise en scène de Wa Saan est soignée et les plans particulièrement riches de trouvailles visuelles. Quel dommage qu'il n'ait pas continué dans cette voie !
A noter que le générique, d'une ambiance toute seventies, est fort réussi.
David-Olivier Vidouze 11/25/2003 - haut

Index de la page
 11/25/2003 David-Oli...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com