Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

The Romancing Star 2    (1988)
Toujours sur les bons coups, Wong Jing décide de capitaliser sur le succès commercial de son Romancing Star pour en faire une franchise et lui donner une suite dés l’année suivante. Chow Yun Fat étant probablement devenu trop cher à son goût (ou plus exigeant sur ses participations), Wong le remplace par Andy Lau comme il le fera par la suite avec la série des God Of Gamblers (en tandem avec Stephen Chow). Pour autant, le reste de l’équipe masculine demeure inchangé, tout comme l’esprit général de l’œuvre. Wong se contente d’utiliser une technique classique du film de drague qui consiste à multiplier les cibles potentielles de nos chers dragueurs. A ces gimmicks habituels de l’homme, Romancing Star 2 ajoute une facette un peu plus originale en situant l’action de ce deuxième opus dans le petit monde de la TV Hong Kongaise. Un univers on ne peut plus familier pour le réalisateur/producteur puisque c’était là qu’il y avait fait ses armes au tout début de sa carrière.

Comme toujours avec Wong Jing, Romancing Star 2 a une structure narrative plutôt lâche. Ce qui fait vaguement office de fil rouge, c’est l’obstination du personnage de Lau Pat à percer dans le monde de la TV. Une fois ce concept mis en place, le film devient un Wong typique : Une accumulation de parodies et autres gags en tous genre sans grand lien avec son sujet initial. Ce n’est qu’un fin de métrage que le réalisateur se souviendra qu’il a une histoire à terminer mais il le fera avec une telle maladresse (romance dramatique catapultée n’importe comment au premier plan) que ces tentatives de revenir à une histoire sérieuses s’avèreront plus pathétiques qu’autre chose (il n’est pas aidé par un duo Andy Lau/Elizabeth Lee certes très photogénique mais pas vraiment bons acteurs). Du point de vue cinématographique et artistique, ce type de formule est une calamité. Le film ne donne pas l’impression de progresser, on ne voit pas où le metteur en scène veut en venir ni ce qu’il veut dire et quand il revient à son amorce d’histoire, le résultat est désastreux.

Mais appliquer les schémas de visionnage « normaux » à un Wong Jing est totalement inapproprié. On sait bien que l’homme ne vise que le divertissement le plus basique, sorte de version cinématographique du Collaro Show (pour rester sur des références Françaises) avec enchaînement de gags et de jolies filles. Et, à ce titre, Romancing Star 2 se défend on ne peut mieux. Du point de vue féminin, Wong n’avait pas encore fait de Chingmy Yau son égérie attitrée mais il pouvait tout de même compter sur une jeune Carina Lau (très belle séquence à la plage en maillot de bain !) et sur la magnifique Elizabeth Lee (certes peu douée pour la comédie mais ce n’est pas ce qu’on lui demande ici de toute façon). Peut être pas ce que Wong Jing a fait de mieux en la matière (Perfect Girls enterre Romancing Star 2) mais un minimum vital parfaitement assuré.

Là où Romancing Star 2 se montre le plus performant, c’est dans l’exploitation de l’environnement télévisuel. Wong en profite pour se moquer de la guéguerre entre les deux chaînes de TV leaders de HK, la TVB et ATV. Un minimum de connaissances de cet univers est nécessaire pour saisir certaines références mais, pour ceux qui les ont, l’ensemble est un régal. Les autres devront se contenter (mais il y a de quoi faire, rassurez-vous !) des nombreuses parodies de films et séries TV que Wong nous propose. En vrac : Way Of The Dragon (version Eric Tsang), Mr Vampire et autres films du genre, Peking Opera Blues (assez excellente) ou encore la série Chor Lau Heung d’Adam Cheng revisitée par Eric Tsang et Pak Chan déchaînés. Clairement, les meilleurs séquences de Romancing Star 2 (avec la séquence à la plage pour les plus pervers).

A l’échelle Wong Jinesque, Romancing Star 2 est un bon cru. Il démontre d’ailleurs à quel point la seconde moitié des années 80 était une période faste pour le producteur/réalisateur avec des réussites en pagaille (commerciales, cela va de soi) comme God Of Gamblers ou How To Pick Up Girls (très proche de ce Romancing Star 2). Les amateurs du producteur le plus opportuniste de HK seront ravis.
Arnaud Lanuque 7/16/2006 - haut

Index de la page
 7/16/2006 Arnaud Lan...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com