Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Trois fantastiques ceintures noires    (1980)
En cette année 1980, Chang Cheh est un des derniers cinéastes de la Shaw Brothers à poursuivre, coûte que coûte, les mises en scène à un rythme effréné. Quatre films en 1978, sept films en 1979 et quatre films en 1980, des chiffres inconcevables pour des réalisateurs occidentaux (voire certains « esthètes » hongkongais…). Le marché se relâche mais Chang Cheh ne perd pas confiance : le public retrouve donc une nouvelle fois la troupe des Venoms, créée en 1978 à l’occasion d’un aujourd’hui culte Five Venoms. The Rebel Intruders sera donc l’occasion de retrouver au grand complet – il n’en manque aucun - les acrobates martiaux que l’Ogre de Hong Kong a découvert, en éternel dénicheur de talents qu’il a toujours été.

L’action de The Rebel Intruders se déroule au moment où la République de Chine du Nord s’installe dans le sang, jetant sur les rouges des milliers de réfugiés. C’est d’ailleurs sur ces images que le film s’ouvre : des dizaines de migrants, encadrées par des forces de l’ordre plus cruelles que bienveillantes, forment de longs convois humains qui traversent la ville. Ils mendient pour manger, dorment dans la rue et se font battre par une police avinée. On sent que les images des réfugiés chinois fuyant l’occupation japonaise ne sont pas loin et que ces souvenirs sont encore vivaces dans la mémoire de Chang Cheh. L’histoire semble se répéter… De ces cohortes de réfugiés sortent trois jeunes hommes qui vont mettre à profit leur connaissance des arts martiaux pour survivre. Chi Chun Peng (Lo Meng) va intégrer une milice, Wang Hsu (Philip Kwok) garder l’entrée d’un bordel et Yu Wen San (Chiang Sheng) vivoter à droite et à gauche. Les trois amis se retrouvent alors au milieux d’intrigues politiques qui se jouent entre quatre milices dirigées par Pan Peng (Wong Lik), Tang Yu Tung (Sun Chien), Chang Hsia Hu (Yeung Hung) et Chen Chu Kwong (Lu Feng). Ce dernier, qui a visiblement l’ascendant sur les autres, monte un complot afin de se débarrasser d’un dérangeant général. Il a des coupables tout trouvés : les trois réfugiés Chi Chun Peng, Wang Hsu (Philip Kwok) et Yu Wen San. Mais, aidés d’une prostituée (Choh Seung Wan), ils ne laisseront pas le piège se refermer sur eux…

Sous des allures d’énième aventure martiale tournée à la va-vite, The Rebel Intruders contient des thèmes chers à Chang Cheh. Outre la fraternité qui semble être le seul rempart contre l’injustice des hommes - surtout des puissants – et qui mérite qu’on se sacrifie pour elle, le réalisateur pose un regard plus politique sur l’histoire qui se déroule sous les yeux du spectateur. Il y montre des hommes dont la seule préoccupation est l’atteinte d’un bonheur simple, jetés sur les routes par les militaires qui se battent pour le pouvoir. Forcés de fuir, ils sont contraints d’errer sur les routes, chassés de partout et maltraités dès qu’ils s’arrêtent quelque part, obligés de voler pour subsister et torturés lorsqu’on les prend à le faire… C’est le pauvre Chinois immigré dans l’ancienne colonie anglaise que Chang Cheh décrit, vendant sa force de travail aux nantis pour manger. Avant de se tourner vers les arts et le cinéma, l’Ogre de Hong Kong avait entamé une brillante carrière dans la politique : en cette année 1980, de lointains échos devaient encore se faire entendre à lui.
Mais si elle est teintée de politique, sa vision n’en reste pas moins au service du spectateur, du spectacle et du divertissement. Le scénario de The Rebel Intruders est ainsi riche en rebondissements, trahisons, complots, personnages hauts en couleurs (dans leur comportement mais aussi dans leurs ornements !) et affrontements martiaux. A ce titre, cette œuvre est souvent considérée comme une des plus abouties des Venoms avec ses multiples combats aux superbes chorégraphies (signées Chiang Sheng, Philip Kwok et Lu Feng). Néanmoins, si tous les membres de la troupe sont bien présents, ils ne sont pas logés à la même enseigne. Une fois de plus, Philip Kwok se taille la part du lion mais laisse cependant à ses comparses quelques bons moments. Chiang Sheng, en mendiant rigolard, virevolte et bondit ; Lo Meng, véritable boule de nerfs, est toute en puissance et arrogance ; Lu Feng, encore dans le rôle du tyran diabolique, est parfait. Le seul Venom réellement sacrifié est Sun Chien, bien fade et peu présent à l’écran.
Intégralement tourné en studio, comme Chang Cheh le faisait presque systématiquement à cette époque, The Rebel Intruders foisonne de saynètes qui prennent place dans des décors variés. Cette accumulation de petites histoires toutes liées entre elles apporte une dynamique et une tension qui aurait pu manquer au film du fait de sa théâtralité (caractère théâtral porté à son paroxysme lors de la dernière – et malencontreusement ridicule – scène de l’incendie des navires ennemis). Mais Chang Cheh est à l’orée des années 80 le metteur en scène d’arts martiaux ayant la plus longue expérience : s’appuyant sur des acteurs dévoués à la cause, il tire le meilleur de tous pour la pleine satisfaction des spectateurs. Malheureusement, la fin de son règne était proche, raison de plus pour apprécier The Rebel Intruders à sa juste valeur.
David-Olivier Vidouze 11/20/2006 - haut

Index de la page
 11/20/2006 David-Oli...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com