Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Twist    (1995)
Un petit remake de Organized Crime & Triad Bureau avec le toujours policier Danny Lee (il est aussi réalisateur et producteur !). Simon Yam reprend en quelque sorte le rôle d’Anthony Wong mais ne joue malheureusement pas dans le même registre : fini le personnage inquiétant et tourmenté, Simon Yam décide de jouer une nouvelle fois dans la démesure. A tel point que les scènes de torture font sourire !
Distrayant toutefois.


David-Olivier Vidouze 9/1/2006 - haut

Twist    (1995)
Les films de Catégorie 3 ont en général deux façons d’être visionnés. La première (dont le critique Paul Fonoroff est le grand représentant) est une approche sérieuse. Ce type de films est alors vu comme symbolique des problèmes de sociétés ou révélateurs des tendances les plus extrêmes qui agitent la société Hong Kongaise. La deuxième, c’est celle du second degré et de l’exploitation. On recherche le fun, la démesure dans la folie et autres femmes nues. Malheureusement, aucun des tenants de ces deux écoles ne trouvera son bonheur avec Twist.

Production Danny Lee oblige, Twist est une histoire de flics et de gangsters dans la lignée de ces autres longs métrages (on pense beaucoup à OCTB). Le bon vieux Danny est entouré des membres habituels de son équipe (Fan Siu Wong, le fidèle lieutenant Parkman Wong) et son adversaire est aussi un habitué du genre (voir Legendary Couple), la fashion victim Simon Yam.

Comme toujours chez l’homme, les flics sont des gens foncièrement honnêtes mais entravés par les agissements de méchants avocats et par des lois trop favorable aux accusés (la présomption d’innocence, quelle horreur !). Tous les moyens mis en œuvre par l’équipe de policiers (bastonnade, humiliation et même torture) seraient ainsi justifiés. S’il est vrai que la sécurité à HK est considéré comme un élément important de la vie courante et que certains abus sont commis en son nom par les forces de l’ordre, on est heureusement loin des excès décrits dans les films de Danny Lee. Heureusement que l’homme n’est jamais devenu un vrai flic, le résultat aurait été assez effrayant !
Le plus incroyable est que Danny se permet même de donner des leçons en montrant du doigt les méthodes de la Chine Continentale, décrites, elles, comme inhumaines. Drôle de façon de se justifier que de dire que son voisin fait pire. Surtout que les agissements de la police de la Chine Continentale décrites dans le film n’apparaissent pas de manière aussi évidente bien plus grave que celles de leur voisin Hong Kongais.

Les amateurs de bisseries ne seront pas plus comblés par Twist que leurs homologues sérieux. L’enquête est en effet peu palpitante, mis en scène de façon très plate et ne proposant que très peu de scènes d’action (seule une poursuite automobile mérite d’être notée). Le dernier tiers du film semble par contre bâti pour satisfaire ce public puisqu’il s’agit d’une très longue séquence d’interrogatoire où le but est de faire parler Simon Yam par tous les moyens mais sans laisser de marques apparentes sur le corps. Autrement dit : On a droit à une longue séquence de torture plus imaginative que d’habitude pour ce type de productions. Si dans l’idée, ce concept pourrait être amusant, sa réalisation s’avère trop gentille. Chaque nouvelle technique employée manque d’impact visuel et ne pourra satisfaire que les amateurs du genre les moins exigeants.

Twist a tout de même un atout à faire valoir, en la présence de Suki Kwan. L’actrice n’est en rien une spécialiste de la Catégorie 3, c’est une actrice grand public qui était jusque là habituée à la comédie. Avec Twist, elle se dévoile dans tous les sens du terme ! Elle joue son personnage avec conviction et, surtout, révèle ses charmes avec un aplomb surprenant. Bien sur, elle n’est jamais nue mais entre petites tenues et autres vêtements mouillés, une bonne partie de son anatomie est visible.
Saluons son professionnalisme qui permet de supporter la vision de ce bien triste Twist.
Arnaud Lanuque 6/8/2004 - haut

Index de la page
 9/1/2006 David-Olivi...
 6/8/2004 Arnaud Lanu...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com